[téléphones] [complexes] [lignes] [commutation] [essais] [références]


Les organes

[cadran] [écouteur] [microphone] [bobine] [commutateur]

Le cadran d'appel

Mis au point par les chercheurs de la firme Strowger en 1896 après de nombreux tâtonnements, le disque ou cadran d'appel pour réseaux automatiques est un appareil qui sert à provoquer sur la ligne un nombre d'interruptions (d'impulsions) égal au chiffre envoyé (10 impulsions pour le chiffre zéro).
Ces interruptions doivent être franches (pas d'effet self qui amortit les impulsions) et ne doivent pas provoquer de tocs désagréables dans l'écouteur.
Le cadran comporte donc un contact d'impusions et un contact de court-circuit :
- le contact d'impulsion coupe la ligne par impulsion,
- l'autre contact court-circuite les récepteurs ou la bobine d'induction pendant l'envoi des interruptions (en fait pendant tout le temps où le cadran est armé et revient dans sa position d'origine). Il évite également le tintement des sonnettes.
La durée des impulsions devant être constante (une impulsion dure 100 millisecondes, dont 66 ms d'ouverture de la ligne et 33 ms de passage du courant), la vitesse du cran doit être stable. L'émission ne se fait donc pas pendant l'armement du cadran, dont la vitesse dépend de la célérité de l'abonné, mais pendant le retour libre où la vitesse est
stabilisée par un régulateur à masselottes.
Le disque comporte 10 trous correspondant aux nombres de 1 à 9 et 0, et un espace plein correspondant à 3 trous : en fin de retour du cadran armé, un contact bloque les trois dernières impulsions, laissant ainsi un temps mort de 300 ms permettant de marquer la fin de l'envoi du chiffre.

Le modèle administratif 1927




Pour démonter le disque, la méthode est différente selon le modèle :
- disque métallique (peint ou chromé) : à l'intérieur du cache central, introduire une lame de canif entre les chiffres 4 et 5 et pousser le verrou (Cf V sur le dessin ci-contre) vers le chiffre 6.
- premiers disques plastique : faire sauter avec un canif, ou avec les ongles, le cache central nickelé.
- disques plastiques récents : la vis centrale est apparente.


 
D butée, M disque mobile, V verrou du cache central


Ro roue à rochet, Cl cliquet, D butée, Pr pignon denté, Rd roue dentée (Pr et Rd en rapport de 1 à 7), Eh roue dentée, L lame de blocage de la couronne chiffrée
 
C came isolante, B butée fin numérotation, b butée impulsion, Rg vis sans fin, T régulateur à masselottes, Eh roue dentée

Dans les premières versions, le cadran d'appel était entièrement métallique. Petit à petit, les matières plastiques s'imposèrent tant dans les organes internes (cames) que dans les pièces visibles :
- le disque métallique peint devient en plexiglas,
- le disque numéroté est successivement en métail émaillé, en métal peint, en aluminium peint et en plastique sérigraphié,
- le boîtier de protection arrière en métal peint est remplacé par un modèle en matière plastique transparente.

 

La bobine


1910 Laurent  
 


mise à jour le mercredi, 23 juillet, 2003