LE CHATEAU-FORT DE ROCHECORBON
rochecorbon

Il existe peu de représentations du château-fort primitif de Rochecorbon, celui dont il ne reste aujourd'hui que la petite tour carrée connue sous le nom de Lanterne de Rochecorbon.
Pour autant cette page a pour objectif de recenser les informations et représentation connues.

 
Carte postale du début du XXè siècle. Cette vue est une copie du tableau de Charles-Antoine Rougeot (1740-1797) représentant le château tel qu'il existait vers 1785 (une copie de ce tableau se trouve aujourd'hui dans la salle du conseil de la Mairie de Rochecorbon). Cette image est celle vue depuis le  plateau de l'oppidum, de l'autre côté de la vallée de la Bédoire.

On peut estimer que le centre du tableau, le dessin des ruines, est fidèle. Par contre le pourtour du tableau représentant la muraille, la tour et le chemin semblent moins fiables.

C.A. Rougeot a également peint d'autres paysages et monuments aujourd'hui disparus.

Dessin du château-fort par Richard Tardivo, extrait de Rochecorbon Indre-et-Loire, Essai de monographie de R. Blondel 1976. L'image ne vous rappelle rien ...

 
Gravure de 1794, extraite d'un ouvrage de géographie, Voyage dans les Départements de la France, de Joseph La Vallée, Marquis de Bois-Robert. Elle représente ce qu'il restait du château vu de la Loire, avant son démantèlement complet. Le dessin n'est pas d'une fidélité absolue, notamment la representation de la Lanterne.
Sur la droite du château, à mi-pente, on peut voir la chapelle Saint-James (aujourd'hui également disparue).

 
Carte postale du début du XXè siècle, vers 1905. Les quelques ruines des murs, derniers vestiges un siècle après le démantèlement post révolutionnaire, permettent de vérifier l'alignement des murs du château avec la petite partie soutenant la lanterne.

 
Carte postale du début du XXè siècle, vers 1910. Elle représente le château vu de la Loire. Cette image est une composition inspirée de deux gravures de Gustave Doré publiées dans l'édition illustrée de L'Excommunié de Balzac en 1868, pour la nouvelle Le pêché véniel.
La représentation du château semble librement inspirée du tableau de Rougeot.




Cette jolie gravure colorisée du début 19è ne montre pas grand chose du château, mais elle permet de situer la lanterne par rapport à la falaise à cette époque.
Le coteau était moins pentu à l'époque du châuteau qu'il ne peut se constater actuellement : les effondrements du coteau sapé à sa base par les nombreuses caves troglodytiques l'ont verticalisé.


Cette carte date probablement du 17ème siècle. Si le dessin n'est pas d'une parfaite exactitude il indique néanmoins que le château de Rochecorbon était bien fortifié et qu'une partie du bord de Loire située sous le château l'était également. Cette partie en pied de château, disposition courante dans les châteaux moyenâgeux, se nommait la "basse-cour".

La lanterne de Rochecorbon est située à l'angle inférieur gauche (sud-ouest) du château, les autres bâtiments semblant lui être proches et groupés au sud du domaine.

L'approximation du dessin est à noter : on remarquera notamment que l'église est à droite de la rivière alors qu'elle est en fait sur l'autre rive et l'a toujours été.



Beaucoup plus fantaisiste, cette autre réprésentation illustrant les oeuvres de Balzac  a été dessinée par  Albert Robida : le dessinateur n'a probablement pas eu accès au tableau de Rougeot contrairement à Gustave Doré. L'image traduit alors en représentation graphique le texte de Balzac, il en exprime les impressions.